CERA Centre International de l'Aikibudo

  • Adapté
  • Large
  • Etroit
  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille
French (Fr)English (United Kingdom)

Quand histoire et légende se confondent

Envoyer Imprimer PDF

A l'aurore de la notion d'aïki.

Quand histoire et légende se confondent

Le Xe siècle voit se codifier la tradition martiale japonaise, le Bushidô guerrier (Kyu-Ba-no-Michi), la voie de l'Arc et du Cheval. A la même époque, on assiste à la montée en puissance de la petite noblesse guerrière et paysanne au rang de grande Famille, " Daïmyo ", tels les célèbres clans Taïra et Minamoto.

La légende du Daïto ryu jujutsu s'attribue comme géniteur le célèbre Minamoto Shinra Saburo Yoshimitsu qui fut un grand chef de guerre, poète, musicien et chercheur, connu comme l'un des premiers au Japon à avoir étudié sur le corps des hommes, tués au combat ou peut-être simplement prisonniers, l'effet des coupes, des frappes, des clés articulaires, etc.

Son fils, Yoshikiyo, reçut la charge de Shugo (Gouverneur militaire) de la province de Kaï. Il installa sa résidence dans un village nommé Takéda dont il fit son patronyme et donna naissance à la lignée des Takéda qui resta à la tête du Han(II) de Kaï jusqu'à la mort du plus célèbre de ses descendants, Takéda Harunobu, plus connu sous le nom de Shingen, un des plus grands stratèges du Moyen-Age japonais, immortalisé à l'écran par le film Kagemusha. La légende rapporte que les Takéda se seraient transmis héréditairement les enseignements de Yoshimitsu qu'ils auraient synthétisés sous la forme d'un secret militaire nommé "Takéda no Heiho".

Takéda Shingen mourut en 1573 des suites d'une blessure par balle d'arquebuse. Son fils prit alors le commandement des troupes et le combat tourna vite au désastre, les vagues successives des cavaliers Takéda étaient abattues par les fantassins arquebusiers d'Oda Nobunaga, de Tokugawa Iyeyasu et de leurs alliés. Il se suicida et le clan cessa ainsi définitivement d'exister.

Les arquebuses, ces armes nouvelles, étaient notamment utilisées par les Ashigaru (fantassins) qui constituaient une caste inférieure et qui se jouaient ainsi des traditions et des compétences guerrières des Samuraï. Ce fut la fin d'une époque glorieuse et l'avènement de la paix intérieure.

Le Kyu-Ba-no-Michi devient le ou Bushidô moderne.

Share

Maître A. FLOQUET Fondateur

12376139_546957785479629_5636810354234279961_n

" Cahiers du CERA "

Revue thématique Aikibudo et KSR

(adhérents CERA)

CAHIERS_DU_CERA_N_2

" Lettre du CERA "

Revue d'informations

Aikibudo et KSR

(adhérents CERA)

Sans_titre

DVD 40 ans du CERA

Commandez le DVD souvenir des 40 ans du CERA

1974-2014

DVD

Vous êtes ici : AÏKIBUDO HISTORIQUE Quand histoire et légende se confondent